dimanche 12 mai 2013

Nailstorming #Infirmière et hôpital

Je suis une fille de parole. J'avais loupé Minus & Cortex (mon préféré chez les Animaniacs), j'avais loupé les créatures et j'ai passé une semaine creuse en matière d'inspiration. Hier, en voyant le thème passer, j'ai eu un peu peur, et puis finalement, au débotté, j'ai fini par trouver une idée pas mal !

 
J'ai vu passer pas mal de blanc, de rouge et bizarrement, très peu de couleurs alors que souvent, les infirmières ont des blouses avec plein de couleurs. Y'a ces horribles machins à fleurs (si, si), et il y en a plus simplement avec du pastel. Et donc, avec ma vernithèque qui dégueule de pastels, ça a fait tilt. Voyez plutôt :

 
A/ Forest Fairy 01, Frenz Nail - B/ Bikiny So, Tiny Essie - C/ Go Ginza, Essie - D/ Blanc, Essie
1/ Nothing Else Metals, Essie - 2/ Geranium, Essie - 3/ Lychee, Gel Effect Barry M. - 4/ Spring Green, Kiko - 5/ Slapper, Butter London

Et puis, en commençant à dessiner des petites blouses, je me suis dit qu'il n'y avait pas que des femmes qui embrassaient cette profession. L'occase de dessiner autre chose que des boobs, j'allais pas louper ça, même si la parité n'est pas tout à fait respectée, j'avoue.
J'ai un peu triché, mes contours noirs sont faits au feutre. Mais tout est fait à main levée, et pour le coup, je suis pas peu fière de moi.
Sauf que, sauf que finalement, la triche s'est retournée contre moi : le marqueur noir bave salement avec le Hardwear. Mes poils de male nurse sont donc devenus une vilaine moquette. Petit marqueur, tu resteras un coup d'un soir.
Dégoûtée j'étais, et encore plus quand j'ai voulu fixer l'appareil sur son trépied pour prendre les photos : double pâté dans le vernis pas tout à fait sec. Temps de contentement apporté par la manucure : 15 minutes.
haine.
Aller, un dernier petit coup en grand, parce que tout de même (et sinon, on la verra pas bien sur Facebook).



Et on termine avec petit clin d'œil à Maman Mouette avec cette inénarrable scène de ma série préférée : Scrubs. Bonne nuit !

(source giftopia1.com)

vendredi 3 mai 2013

un grand cri d'amour

Il y a maintenant un petit moment, j'ai pu assister à l'un des ateliers des Victoires de la Beauté grâce à la Poulette qui annonçait un désistement de dernière minute.
Merci Twitter et la procrastination matinale.

Les Victoires de la Beauté, c'est un prix attribué par des consommateurs triés sur le volet et à qui on propose de donner leur avis sur des produits "surprise" (comprenez sans marque identifiable). L'ensemble du marché n'y est pas représenté (ne participent que les marques en faisant la demande), mais les critères sont très stricts et, à mes yeux, le petit logo magique est bel et bien un gage de qualité. Chaque année, il vient récompenser un produit par catégorie. Plus de détails ici.
le logo magique en pas petit
J'ai donc assisté à mon premier évènement beauté. Ouais, le premier. Impressionnée, j'étais en arrivant et gâtée pourrie, j'étais en repartant.
Bah oui, qui dit évènement beauté dit stands avec des gentilles ambassadrices des marques entièrement à votre écoute et qui connaissent leurs produits sur le bout des doigts.
Ce mardi, j'ai pu découvrir (ou redécouvrir) une partie des marques lauréates : Cinq Mondes, Biocyte, Dessange, Garancia, Melvita et SVR. Pas n'importe quoi, donc.
la récolte du soir, avec en prime mon premier craquage chez 2B (revue à venir)

Bon, comme par hasard, j'ai foncé au stand Melvita, qui est l'une de mes marques de références. Vous savez, celles qui ne sont pas fait racheter par L'Oréal un grand groupe, qui se sont développées sans renier leur philosophie (chez une marque bio, c'est pas vraiment du luxe, mais bon) et surtout qui te vendent des produits efficaces et pas des promesses intenables.
Partant du principe que je me colle déjà pas mal de chimie sur la couenne et sur les griffes, je tente de passer au tout bio pour le soin.
Donc, Melvita, chez moi c'est pour les mains, les lèvres, le visage, le corps et plus récemment les cheveux. Et ma foi, jusque là, pas de mauvaise surprise, même pas de random allergie comme ça m'arrivait souvent avant. Pas non plus de grosse déception, à part peut-être le contour des yeux à la rose, qui en fin d'hiver n'est vraiment, mais alors vraiment pas assez hydratant pour la peau hyper fine en dessous de mes yeux. Je vous en reparlerai !

Sinon, Melvita, c'est du sans faute à chaque nouvelle tentative. Cette année, leur Gelée fraîche désaltérante a remporté l'un des prix. C'est de la triche, elle fait déjà partie de mes basiques depuis sa sortie en 2012. La marque nous en offrait gracieusement un flacon accompagné d'une autre de leurs nouveautés : L'or Bio Huile extraordinaire que je ne connaissais pas encore.

je vous rassure, on les a eues avec les boîtes.
L'huile sent terriblement bon, une odeur douce, presque sucrée mais pas du tout écœurante (c'est une anti-fan d'Angel et autre Lolita Lempicka qui vous parle). Un truc vraiment tout doux qu'on aimerait que ça reste, mais bio oblige, l'huile ne fait pas office de parfum. Gros avantage, ça te permet de mettre le tien par dessus sans croisement foireux qui pue.
Et en prime, c'est une huile sèche. Ce qui veut dire que ta peau, elle la boit dans la seconde qui suit l'application, le tout sans laisser de film gras. Et pour moi, jusque là, l'huile, ça me donnait un bon prétexte pour me balader à poil dans mon appart sans rideau voulait dire poireauter au moins 5-10 minutes avant de pouvoir enfiler une fringue. J'ai donc vécu un genre d'épiphanie en la découvrant.
Epiphanie qui se renouvelle à chaque fois que j'en mets, au moins une fois par jour, donc.

Sur la boîte, il est indiqué "visage, corps, cheveux". Pour le visage, j'ai pas encore testé, mais elle est approuvée par mes cheveux, mes mains, mes jambes archisèches et mes pieds. J'en rachèterai.
Un gros gros gros coup de cœur, donc.
Et comme à leur habitude, les démonstratrices étaient adorables. Tout autant que les vendeuses de la boutique de la rue de Rennes à Paris.
Melvita, je t'aime, continue comme ça !

Je reviens très vite vous parler d'une chouette marque de cosmétiques, 2B cosmetics, qu'elle s'appelle ! C'est LA marque qui est en train de me faire revoir mes positions sur le maquillage à prix accessible.

mercredi 1 mai 2013

le goût du luxe

Comme à peu près toutes le détentrices de la carte Sephora, j'ai reçu mon petit bon de la tentation ruineuse  20%. Et j'avais besoin d'un anti-cernes digne de ce nom. J'ai passé environ tout l'hiver à fignoler mon regard de zombie à coup d'écran de PC (et aussi parce que j'ai une prédisposition génétique).
ma tête à la fin de l'hiver, genre plus blanche, je peux pas sauf si on me vide de tout mon sang.
Reprenons l'historique. Les cernes, c'est ma nemesis cosmétique. Je ne me rappelle pas de mon visage sans au moins une petite ombre rosée sous les yeux, même sur les photos d'il y a 10 ans. Kikou les gènes arabes. Cela fait donc un paquet d'années que je teste à peu près tous les anti-cernes qui ne me tombent sous la main.
J'ai commencé avec du Gemey (liquide avec embout mousse), puis il y a eu Body Shop (idem), MAC (stick et liquide), YSL (la touche éclat n'est PAS un anti-cernes, sachez le), MUFE (les HD machins qui faisaient baver mon mascara), Bare Minerals (jamais trouvé la bonne teinte) et enfin Laura Mercier (en pot, sauf que ça faisait encore plus baver mon mascara). Bref, il y en a eu dans toutes les gammes de prix, et ça n'était jamais parfait.
Et récemment, j'ai commencé à m'intéresser aux produits pour le teint et fini par adopter la super BB crème Erborian (en doré, formule normale, un gros coup de cœur, j'en reparlerai). J'ai faiblement pensé que leur BB light pour les yeux serait tout aussi super... Bon, ok, c'est pas mal, mais question couvrance, c'est vraiment pas ce qu'il me faut sans parler la teinte qui me donne une tête de hibou sous amphets si je mélange pas avec la BB crème. Pas l'éclate donc.
chez Nars, ils donnent l'air de savoir ce qu'ils font, et en plus, y'avait plein de couleurs.
 Puis, hop, y'a eu les 20%, j'ai entendu un peu de bien des derniers bébés de chez Nars et de chez Benefit et je me suis dit "soyons fous, mettons le paquet" (oui, je me parle, et à la première personne du pluriel en plus). Premier Sephora, celui de Rivoli, tout de même, échec, introuvable.

D'où mon pélerinage aux Champs l'autre midi.
Je les ai trouvés, j'ai swatché deux trois couleurs, aucune n'étant totalement raccord, j'ai hésité. C'est quand on hésite qu'on devient une proie à vendeuse, sachez-le. Erreur de débutante, j'ai répondu oui à la jolie vendeuse qui me proposait son aide.
Les Nars n'étaient vraiment pas top top sur moi : couleur trop jaune ou trop rose + texture qui marque sur ma peau super fine. La vendeuse est donc revenue avec un petit tube magique sur lequel il y avait marqué Armani, a.ka. la marque qui fait du fond de teint à 60€. Et en plus, sur le petit tube, y'avait marqué le même nom que la gamme du fond de teint au prix d'une semaine complète de bouffe.

Intérieurement j'ai collapsé, tandis qu'extérieurement je me baissais gracieusement pour que la vendeuse (que je dominais d'une bonne tête) puisse me tapoter gentiment la paupière du bas. J'avoue, j'étais bluffée : texture ultrafine + couvrance de ouf + teinte parfaitement raccord même si je la soupçonne d'avoir mieux dosé l'Armani que le Nars. Genre le Graal des anti-cernes qui en plus fait soin (la caféine est ton amie), même si question prix entre le Nars à 26€ et l'Armani à 38,50€n d'vait y'avoir moyen d'trouver quequ'chose.

Et là, j'ai perdu le contrôle et j'ai cédé. Après le passage en caisse, j'ai regretté, pas regretté, voulu échanger, culpabilisé d'avoir mis ce prix-là dans un anti-cernes malgré son évidente supériorité. Je suis même allée jusqu'à retourner dans un autre Sephora pour recomparer avec les Nars. Les Nars n'y étaient pas. Je suis rentrée et j'ai finalement décidé de le garder.
le swatch avec une lumière tout pourrite.
Un petit tube de 15 mL, sobre classe, mais peut-être pas tout à fait adapté à la texture très très fluide du produit. Celui-ci à tendance à couler un peu trop alors qu'il en faut un tout petit peu. Astuce : il peut aussi servir de correcteur / illuminateur plus couvrant que la Touche Eclat d'YSL. Il s'applique aussi bien au doigt qu'au pinceau. La bestiole est également bien pourvue en micro nacres qui vont se faire une joie de te flouter les ridules.On peut l'appliquer avec ou sans fond de teint / BB cream, par dessous ou par dessus, en une ou deux couches, l'anti-cernes Maestro, il est pas vraiment farouche.
Question compo, il contient de la caféine censée drainer un peu ton dessous de l'œil, pour le reste, j'ai pas trop cherché, on reste dans de la marque conventionnelle de parfumerie, donc je me doute qu'il doit y avoir des silicones et d'autres joyeusetés dans le genre. 
ici, on samuse.
Et voilà le résultat sur mes magnifiques cernes, toujours sans fond de teint. Elles n'ont pas complètement disparu, mais elles se sont faites vachement plus discrètes et plus facilement maquillables. Si le premier passage ne suffit pas, on peut y revenir par exemple après avoir fini son maquillage des yeux.

Au final, pas de regret, même si je ne suis pas sûre de le racheter quand je l'aurai épuisé. On s'habitue même au produit qui coule un peu trop vite, même si, vu le prix, on aurait pu s'attendre à un packaging un peu mieux étudié ( pour rappel, ils ont collé leur fond de teint de la même gamme dans un flacon à pipette, je dis ça, je dis rien).


* correcteur anti-cernes Maestro de Giorgio Armani, disponible en 6 teintes, 38.50€, disponible chez Sephora et en grands magasins *