mardi 18 septembre 2012

day off

Après 27 ans, presque 28, de cohabitation avec ma tronche, j'arrive à sortir sans maquillage dans la rue. Oui, madame. Même depuis que j'ai appris à faire parfaitement semblant et que mon attirail de produits pour le teint me permet d'avoir l'air de rentrer de vacances quand ça me chante.

avoir l'air naturel, ça se travaille.


Ce matin, donc, après une nuit de 9h (avec un réveil à 7h30, faites le calcul), mes yeux bouffis et largement cernés ont tenté de m'envoyer un message. J'étais pas assez réveillée, j'ai pas compris. Démarrage du matin, sauter dans le RER avec le Chat qui partait travailler pour avoir le temps de choper le soixante dix-huitème (et cinquième nude mat de ma vernithèque, je vous ai déjà dit que j'étais une tarée du vernis à ongles ?) et d'arriver à l'heure à mon rendez-vous matinal.
Mission réussi, sauf qu'entretemps, mes sinus ont rejoint mes yeux dans la tentative de communication de mon corps avec moi-même.

Sauf que là, j'ai compris. Et ce fut le drame. Le Chat ayant été malade tout le week-end, j'avais joué les infirmières fanfaronnes que les microbes ignorent. Oui, bon. Sauf que météo anglaise + dormir avec quelqu'un de malade = bien fait pour toi, andouille.

L'équation du jour a donc consisté en chaud à transpirer, puis froid à frissonner dans la minute qui suit, maux de tête permanents, concentration de poisson rouge, vertiges surprises style montagnes russes, nausées, puis affamées dix minutes après, perte de notion du temps, sommeil éclair, légume, même pas envie de chocolat. Il y a des gens qui prennent des substances pour ça, il paraît.

Ah, oui, le rendez-vous surprise de Pôle Emploi dans l'aprèm a définitivement ajouté au charme de cette journée molle. Mais comme j'étais défoncée, tout est allé pour le mieux et la seule vraie activité de la journée à consisté à lire des magazines de pétasse, et donc à avoir plein de nouvelles idées pour raconter des choses ici et commencer à faire de vrais articles.


mouais.


Tout ça pour dire qu'aujourd'hui, j'ai osé sortir avec cette tête là. Sans maquillage, parce que ça ne vaut rien et que j'avais envie de partager ma tête de zombie avec les gens. (Promis, la semaine prochaine, je range mon iPhone et je sors mon vrai appareil photo.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La maison prend les commentaires.