samedi 29 septembre 2012

comment je suis tombée dans le vernis à ongles

Les ongles laqués m'ont toujours intéressée. Je trouve ça joli, classe, féminin (sic). Mais jusqu'à récemment, j'étais infoutue de faire une pose de vernis correcte : des cuticules, du coloriage qui déborde, des pâtés, des trous, les ongles qui finissent tachés, secs, etc. Même en investissant dans du matos, de la patience et des OPI, rien n'y a fait, je me faisais toujours des manucures de souillon (tout en étant presque ambidextre, double vexation).
Et puis, en mai, je me suis retrouvée avec le dos bloqué. Coincée dans un fauteuil à ne rien pouvoir faire à part lire et traîner sur le Internet. Et j'ai basculé du côté obscur : celui des blogs beauté, et plus particulièrement de ceux causant de Nail Art.
Au début j'ai ricané méchamment en voyant des trucs franchement improbables, du vernis aussi mal posé que le mien, sur des ongles vilains ou trop long, des couleurs difficilement descriptibles et des dessins dont il me semblait impossible de faire l'éloge. Et puis, y'a eu Pshiiit, et j'ai arrêté de rire pour envisager les choses beaucoup plus sérieusement. Non seulement, ses trucs étaient proprement réalisés, mais en plus, ce qui ne gâchait rien, elle s'est avérée avoir du (bon) goût. J'ai découvert à quoi servait un accélérateur de séchage, le dotting tool, le stamping, les vernis 3 free, les marques américaines et tout l'univers de la manucure moderne.

C'est alors que ma CB a pris feu.

Je sais pas, j'ai vu des couleurs, je les ai toutes voulues. Avec les accessoires. C'est pas ma faute.

Cinq mois plus tard, j'ai une caisse pour ranger mes jouets mon matos, le placard de la salle de bain a subi une réorganisation partielle. Je fantasme sur le jour où j'aurai la place de me faire une coiffeuse avec vernithèque. Et surtout, j'ai enfin appris à faire les choses proprement : base, couche n°1, couche n°2, top coat qui fait sécher plus vite, le tout sans déborder et avec le bon timing pour pas tout pourrir derrière. Je fais du gradient, je stampe, j'assortis mes ongles à mes fringues et je découvre les vertus annexes : la détente (focalisation sur autre chose que les mauvaises nouvelles de la journée, par exemple) (et non, c'est pas les solvants) et la fierté d'avoir fait ça toute seule comme une grande.

Alors oui, la manucure maison, ça poutre, définitivement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La maison prend les commentaires.